vide_R40723

C’est encore la descente…..

Je croyais pourtant être assez forte , mais non .Je laisse les tissus soyeux ,les papiers fragiles  , pour m’écrouler en larmes , n’en pouvant plus  de chagrin!

Je te vois partout à la limite du supportable dans la frange de lumière franchissant l’embrasure de la porte, furtivement au détour d’une des allées du jardin  alors qu’il me semble parvenir à l’apaisement .

La solitude m’aide à faire le point,à me ressourcer .Je ne supporterais pas d’être « envahie » par les visiteurs dont certains sont sincères je le sais , alimenter une conversation,un simple échange m’est impossible pour le moment. J’ai besoin de silence…tu sais ce silence habité par les chants d’oiseaux ,( je commence à les reconnaître un peu) , Les friselis de la brise dans le feuillage argenté des peupliers ,le « froufroutement » de la source sur la mousse et les graviers blanc m’apaisent lorsque les idées folles cavalcadent dans ma tête .A l’abri sous les aubépines j’arrive à faire le vide accompagnée par ce fond mélodieux !

Je laisse l’atelier ouvert aux quatre vent , au soleil ,à la pluie d’été, à la nuit .Parmi les livres que je range ,ton carnet bleu s’en échappe .Je le garde longtemps entre mes mains mais n’ose l’ouvrir….en ses pages tes mots et pensées écrites de ta main me feraient chavirer .Je le pose prés du chevalet…peut être un jour oserais je l’ouvrir .

YMSEF00Z